Chère amie, cher ami,

Tous mes vœux pour 2002.
2002 devrait inscrire les AMD dans une logique de développement et de participation plus active au débat citoyen.  Il conviendra alors de se doter des moyens de réalisation de nos ambitions ; Prioritairement, nous devons mobiliser nos adhérents afin d’aboutir à l’élaboration de solutions alternatives au néo-capitalisme mondial.
…Je pense que nous devrons, plus que par le passé, nous inscrire résolument dans une optique de partenariat avec d’autres associations. Les AMD sont de plus en plus visibles et recherchés au sein du mouvement associatif engagé dans la contestation du monde unipolaire et dans la recherche de nouvelles formes de vie citoyenne.
…L’action locale constitue plus que jamais la priorité de l’Association ; c’est à ce niveau que des changements peuvent être conduits en termes de démocratie ; c’est à ce niveau qu’il est urgent d’isoler les problèmes d’une population où la pauvreté et l’exclusion sont malheureusement monnaie courante. Il ne suffit cependant pas d’intervenir au plan local pour transformer la société… N’oublions jamais le reste du monde ; en effet, la mondialisation n’est pas seulement libérale ; elle est ; elle est constituée de tous les peuples soumis à une loi de plus en plus unique…
D’un côté, un système où le marché est roi ; de l’autre, une idéologie où l’humain est prépondérant… « Diviser pour mieux régner », vieil adage de la royauté devient la règle des super puissances de l’argent… En face, nous sommes des millions, peut-être des milliards, assez inorganisés mais de plus en plus dynamiques, de plus en plus désireux de changer le monde.
Modestement, certes, mais avec conviction, les AMD ont un rôle à jouer dans ce grand mouvement émergent, sans doute le plus puissant de l’histoire, car clairvoyants et capables d’utiliser à d’autres fins l’arsenal de domination mis en place par nos adversaires.
Ce qui nous différencie fondamentalement, c’est notre refus de la violence, notre appétence pour le dialogue et l’éducation populaire. Point de différence pour nous, entre gens du Sud et gens du Nord… Intéressons-nous d’abord à ceux qui sont les laissés-pour-compte de la croissance économique, à ceux qui ne peuvent pas même espérer un lendemain meilleur. Si nous parvenons en 2002 à orienter notre action dans ce sens, ce fameux « autre monde » que nous appelons de nos vœux deviendra peu à peu possible à un terme point trop éloigné. Travaillons avec d’autres à la prise de conscience universelle et à la transformation réelle de la société, sans céder au doute ou au découragement.

Gilbert Haffner – Secrétaire Général AMD (extraits)