Accueil | Bulletins | Agenda | Contacts

 

Derniers préparatifs d’une guerre annoncée

Dernières mesures pour une guerre de destruction massive en IRAK

Les Amis de l’Emancipation sociale de Belfort – le 18 01.2003-

 

Bush a déclaré " Même si on ne trouve rien, nous pensons que l’Irak nous cache quelque chose " et, le 3 janvier, à la base militaire de Ford Hoodon Texas " Nous sommes prêts, nous sommes préparés " à envahir l’Irak.

Le dispositif militaire d’invasion est en place

Trois armées américaines sont sur place, soit plus de 100 000 hommes, 250 000 seront déployés d’ici mi-février. Une équipe de 150 militaires a inspecté les bases turques, pour y installer 80 000 hommes. Depuis le 5.12.2002, des atterrissages quotidiens de gros porteurs débarquent du matériel de guerre à Doha. En Turquie, au Koweït, au Bahreïn, au Qatar, aux Emirats Arabes Unis, en Arabie Saoudite, à Djibouti, à Diego Garcia, en mer, sont en position plus de 500 avions de chasse, des bombardiers lourds et des missiles à foison, 1 080 chars …

Le 5.12.2002, sur 2 500 km2, au Koweït, des manœuvres de grande envergure, à tirs réels, dans un déluge de fer et dans un vacarme d’enfer, ont eu lieu. La plus grande charge mécanisée de l’Histoire se prépare. 3 000 opposants irakiens sont entraînés en Hongrie, par des officiers instructeurs américains à Tanzar, 50 spécialistes de la CIA sont déjà en territoire irakien, pour des missions de repérage. Un navire-hôpital, dit " le Confort " (!) de plus de 1 000 lits a quitté Baltimore, pour se rendre dans le Golfe.

Le 9 janvier, le " cerveau " de la guerre s’est installé à Doha, il va encadrer le 1er échelon de commandement installé dans la base aérienne d’Al Udeid, 800 officiers américains et 400 britanniques et 4 500 soldats. D’immenses entrepôts de matériels, des casernements multiples, des hangars pour avions de combat et des pistes d’envol y ont été aménagés.

Le scénario de guerre et ses conséquences dramatiques

En fait, depuis 1991, la guerre a déjà recommencé : Londres et Washington, au Sud du 33e et au Nord du 36e parallèles, procèdent à des bombardements quotidiens, sans aucune autorisation de l’ONU. Le 13 janvier, un nouveau pas a été franchi. Bassorah a été frappée par des missiles, pour mettre hors service, des équipements de défense, susceptibles d’entraver les débarquements amphibies prévus sur les côtes irakiennes. Depuis le 10, un comité d’opposants irakiens, venus de Londres, s’est installé dans le Kurdistan irakien. Le 27, les chefs de la mission d’inspection rendront leur rapport à l’ONU, ensuite, l’engrenage guerrier pourra se mettre en place, avec ou sans l’aval de l’ONU. Tout doit démarrer avant le 15 mars, période de tempêtes de sable en Irak et de fortes chaleurs qui freineraient la progression des troupes d’invasion. Les généraux britanniques ont déclaré qu’ils seraient prêts pour la 1ère quinzaine de février. Une série de bombardements et d’attaques dévastatrices est prévue contre les infrastructures et les populations civiles, pour les terroriser et provoquer l’effondrement du régime de Saddam Hussein.

Le coût de la guerre et sa durée probable, ont été évalués : 13 milliards $ par mois, 4 à 6 semaines de combats pour une victoire facile qui ferait grimper le coût du baril de pétrole à 30 $ (il est à 10 $) et à 80 $, dans le pire des scénarios : une guerre de plus de 6 mois. Dans ce cas, l’utilisation de l’arme nucléaire est envisagée , pour abréger la guerre (campagne électorale de Bush oblige !). Dans tous les cas de figure, les multinationales pétrolières, en particulier celles du clan Bush, empocheraient des bénéfices records.

Les agences " humanitaires " basées à Genève, réfléchissent depuis 5 mois. Le 13.12.2002, elles avaient prévu un budget de 37 millions $ qui s’avérait insuffisant. Le personnel de l’opération humanitaire " Pétrole contre Nourriture " (1 millier de personnes) va être évacué sur Chypre. Tant pis pour les 16 à 18 millions d’Irakiens, nourris par ce programme !!! Le Haut Commissariat aux Réfugiés a fait ses comptes : la guerre provoquera 900 000 réfugiés en Iran et en Syrie (la Turquie n’en veut pas un ?). Les Iraniens, prévoyants, ont commencé à construire des camps de réfugiés à la frontière. Des experts de l’ONU ont planifié la décontamination des zones qui seront polluées.

Le 10.12.2002, un rapport confidentiel de l’ONU a été révélé : il prévoit de fournir en eau potable 39 % de la population… Après la fin de cette guerre meurtrière, l’ONU prévoit de fournir une aide alimentaire pour 23 millions de personnes, sur plus d’une année….

Faux prétextes de Bush et Cie

Dans les années 80, beaucoup d’efforts ont été déployés pour soutenir, contre l’Iran, le régime de Saddam Hussein. L’impérialisme US espérait ainsi s’assurer un approvisionnement régulier en pétrole. Mais, le dictateur irakien est allé trop loin. Ce fut la terrible guerre du Golfe, menée par Bush père. L’armée américaine occupait 1/6e du territoire, elle est restée l’arme au pied, lorsque les Chiites au Sud, les Kurdes au Nord, se sont révoltés. 600 000 personnes ont péri. Le dictateur, affaibli, pouvait encore servir, pensaient les stratèges américains. Aujourd’hui, ce régime est à abattre, parce qu’il possèderait encore des armes de destruction massive, bien qu’il ne menace pas les Etats-Unis, bien qu’aucune preuve n’ait été apportée. Quant aux liens qu’entretiendrait le réseau Ben Laden avec Saddam Hussein, ils sont purement fantaisistes. Propagande, mensonges, guerre psychologique.

Malgré les gesticulations françaises et russes, les USA ont fait le forcing : la résolution 1441, votée par le Conseil de Sécurité, leur permet d’intervenir sans la caution d’une 2ème résolution. Cyniques, les Gouvernants etatsuniens le répètent " l’absence de preuves n’est pas la preuve de l’absence d’armes de destruction massives ". Bush, le va-t-en-guerre, a joué le jeu de l’ONU pour la mettre au pas, obtenir sa caution, se donner une apparence de légitimité internationale et vassaliser ses alliés. L’Empire n’a pas besoin d’alliés, il a besoin de vassaux. La non application des résolutions de l’ONU est une mascarade. Israël les méprise depuis des années en perpétuant son occupation coloniale des territoires palestiniens. Le Pakistan, la Corée, l’Inde, Israël, sans compter les puissances occidentales, possèdent l’arme nucléaire et d’autres armes aussi terrifiantes. Bush veut changer le régime irakien alors que la Charte de l’ONU prévoit que les Etats doivent s’abstenir de toute intervention dans les affaires intérieures d’un Etat.

Gesticulation et préparatifs des vassaux : Blair, Chirac et les autres

Tony Blair, le " caniche " de Bush, n’a pas d’états d’âme, il veut être de la curée. Il vient d’envoyer 20 000 soldats, d’autres sont sur place ou en partance. Et, il n’est pas question qu’il lâche Bush " Si quelqu’un cherchait à empêcher l’action de manière … unilatérale (par son droit de veto), nous ne nous laisserions pas enfermer de cette manière ". Le caniche veut mordre !

Sharon attend son heure, pour provoquer un nouvel exode du peuple palestinien en occupant la Cisjordanie et Gaza. Lui aussi, aiguise ses crocs. Il vient de procéder avec succès, en présence d’experts US, au lancement de nouveaux missiles. Bush lui a financé ce programme, à hauteur de 2,2 milliards $.

" L’escroc " Chirac nous le fait à l’arnaque. Non, mais oui ! " Une action préventive contre l’Irak peut être engagée si elle apparaît nécessaire…, rien n’est impossible " (entretien au New York Times). En attendant, le porte-avions Charles De Gaulle est prêt à appareiller, fin janvier, et le 11 de ce mois, 2 navires de guerre français se sont glissées dans l’escadre britannique en partance de Londres.

L’Allemagne ne participera pas, mais ne s’opposera pas, " quoiqu’une 2ème résolution est vraisemblable et politiquement correcte "

Le Gouvernement turc marchande. Il veut pouvoir annexer la région pétrolière de Mossoul et Kirkouk, réclame une compensation financière de 28 milliards $, a mis à disposition 2 200 soldats et ses bases militaires.

Quant à Poutine, il veut qu’on le laisse massacrer en paix le peuple tchétchène. De même, pour les caciques Chinois, aux prises avec leurs minorités tibétaines et musulmanes trop remuantes.

Les véritables buts de guerre. La volonté des peuples

Pour l’Empire US, il s’agit de transformer l’Irak en ruines, en oasis libérale et pro-américaine, pour contrôler toutes les ressources pétrolières de la région. La forme d’occupation est déterminée : un protectorat avec une marionnette de l’ONU (administrateur civil). Il est décidé de prendre modèle sur l’occupation du Japon après 1945. Le but est défini : tripler les capacités pétrolières du pays, passer de 3 à 10 millions de barils par jour et mettre l’Iran et l’Arabie Saoudite à genoux. Les opposants irakiens, réunis en Angleterre, vont devenir les valets de service, en outre, on va donner beaucoup de pouvoir aux chefs de tribus, pour maintenir l’ordre néo-colonial, tout en dressant une façade pseudo-démocratique.

L’Empire US, après la chute du mur de Berlin, nous a annoncé la fin de l’Histoire et sa domination économique néo-libérale, ça n’a pas marché. Des régimes rétifs font obstacle à sa suprématie. Il a changé de musique. C’est le choc des civilisations, la guerre sans limites contre l’axe du Mal, après les attentats meurtriers du 11 septembre.

Le budget militaire étatsunien a explosé pour mettre au pas le monde entier et enrôler l’ONU dans ses desseins guerriers.

Les peuples qui font ou subissent l’Histoire doivent se lever, se mobiliser, pour arrêter la main de Bush, ce terroriste d’Etat. Dans tous les pays, y compris aux Etats-Unis, des manifestations de plus en plus fortes doivent clamer

NON à la Busherie sanglante !

Pas de sang pour le Pétrole !

C’est au peuple irakien de se libérer lui-même de Saddam Hussein

 


Accueil | Bulletins | Agenda | Contacts